Création d’un indice inédit : l’indice QPV et numérique

Création d’un indice inédit : l’indice QPV et numérique

“L’appétence pour la recherche d’emploi dans le numérique est 30% plus faible dans les Quartiers Prioritaires de la Ville qu’ailleurs en France”

L’accès aux métiers dits du numérique¹ ne reflète pas la diversité qui existe en France : c’est ce que révèle l’indice Quartiers Prioritaires de la Ville (QPV) et numérique, conçu par Diversidays, en partenariat avec Pôle emploi et Occurrence. Il met en évidence des inégalités très importantes liées au genre et à l’âge dans les QPV :

  • Les femmes des QPV sont 5 fois moins amenées que les hommes à rechercher un emploi dans les métiers du numérique. L’indice pour une femme en QPV est de 23, quand celui d’un homme en QPV est de 116 (base nationale de 100, propension à chercher des offres numériques sur la France entière).
  • L’indice QPV et numérique met en exergue des phénomènes similaires entre les 25 à 34 ans et les plus de 35 ans. L’indice d’un demandeur d’emploi de 25 à 34 ans en QPV est de 90 (se rapprochant très fortement de la moyenne nationale de 100). Il baisse de 27% pour les 35 ans à 49 ans, et de moitié pour les plus de 50 ans vivant en QPV.

« Aujourd’hui, le secteur numérique ne reflète malheureusement pas la société française : les disparités concernent le genre, l’âge et la provenance géographique mais également la diversité sociale, ethnique et culturelle des talents. Notre rôle est à la fois de comprendre cet éloignement entre les métiers du numérique et les talents issus de la diversité mais également d’y remédier très directement et rapidement. », commentent Mounira Hamdi et Anthony Babkine, co-fondateurs de Diversidays.

Cet indice fera l’objet d’une analyse annuelle et régionale et aura vocation à étendre son analyse à d’autres populations (par exemple : habitants en zones rurales). Les prochaines éditions permettront de suivre l’évolution de cet indice mais également d’identifier les causes de cet éloignement des chercheurs d’emploi dans les QPV pour les métiers du numérique.

En France, un manque de diversité frappant dans le secteur du numérique

Si la répartition régionale des déclarations préalables à l’embauche dans le secteur numérique suit majoritairement celle des demandeurs d’emploi recherchant un métier dans ce secteur, les chances de décrocher un job diffèrent, elles, drastiquement selon les profils :

  • 2 recrutements sur 3 concernent des hommes, contre la moitié hors numérique.
  • 1 recrutement sur 2 concerne des 25-34 ans, contre un tiers hors numérique.
  • les femmes de plus de 34 ans représentent 12 % des recrutements du numérique (tous métiers confondus), contre 21 % pour les secteurs hors numérique.

Le secteur du numérique : une locomotive de l’emploi en France

Pourtant le secteur du numérique est un vecteur majeur de l’emploi en France :

  • En effet, 6,1 % des offres relèvent du secteur numérique à l’échelle nationale. Seuls les métiers autour de l’aide à la vie quotidienne, la force de vente et la comptabilité et gestion ont un volume d’offres plus important.
  • Cette part est encore plus importante en métropole : le chiffre est ainsi de 9,5 % en Île-deFrance. La région Île-de-France concentre presque un tiers des offres d’emploi du numérique en France, contre un cinquième des offres tous métiers confondus.

Vers plus d’égalité des chances dans le secteur du numérique

Créer des passerelles et opportunités dans le secteur du numérique et y faire émerger des talents de la diversité : tel est l’objectif de l’association Diversidays, qui œuvre pour une meilleure représentation de la diversité dans les métiers numériques. “De nombreux chantiers sont à mener pour favoriser l’accès de tous au secteur : casser les barrières psychologiques, donner envie d’oser, faire émerger des “rôles modèles” inspirants, créer des programmes d’accélération où les acteurs de la Tech et talents de tout le territoire sont impliqués. Ce dernier levier nous anime tout particulièrement au quotidien, c’est pourquoi nous avons décidé de créer un mouvement national en faveur de l’émergence des talents de la diversité dans le numérique”, précisent Mounira Hamdi et Anthony Babkine, co-fondateurs de l’association.

Comment ? L’association capitalise sur son réseau de partenaires pour identifier des talents dans toute la France, leur offrir un programme d’accompagnement, accéléré leur projet et les rendre visible auprès d’un large écosystème de leaders d’opinions. Le prochain programme d’accompagnement national sera officialisé le 10 octobre 2019 prochain en présence de 26 décideurs du numérique et de l’égalité des chances.

À propos de Diversidays

Diversidays est une association d’égalité des chances qui encourage des talents des quartiers et régions rurales et les porteurs de projets à impact, à la création d’entreprises numériques par l’intermédiaire de programmes d’accompagnements sur-mesure.

À propos de Pôle emploi

Pôle emploi est l’opérateur public de référence du marché de l’emploi. Dans le cadre de sa mission de service public, l’établissement s’engage à garantir l’accompagnement des demandeurs d’emploi dans leur recherche d’emploi et à répondre aux besoins de recrutement des entreprises. Pôle emploi s’appuie sur 902 agences de proximité et relais, 145 agences de services spécialisés et 67 plateformes de services. Le site pole-emploi.fr reçoit 45,3 millions de visites par mois.

À propos d’Occurrence

Créé en 1995, Occurrence est un cabinet d’études et conseil indépendant, spécialiste de l’évaluation de la communication (corporate & marque, analyses médias, communication interne, publique, événementielle, digitale…) et de l’analyse des opinions. Depuis 24 ans, Occurrence accompagne les entreprises et les agences en France et à l’international pour mesurer la performance de leur communication et éclairer leurs décisions stratégiques. Le cabinet travaille au service de nombreux grands comptes, institutions de référence, ministères, institutions européennes, ainsi que des collectivités locales, associations, ONG et organisations ou entreprises publiques… L’équipe de 25 experts maîtrise une large gamme d’outils d’évaluation et de prospective (quantitatifs, qualitatifs, sémiologiques, Analytics) et capitalise sur « Occurrence Lab. », structure interne pour l’innovation qui lance de nouvelles offres d’études.

Point méthodologique – Comprendre l’indice QPV et numérique:

  • 1. Pour une population donnée, l’indice est calculé en rapportant la proportion de demandeurs d’emploi de cette population cherchant un emploi dans le numérique à la proportion d’une population de référence, par exemple l’ensemble des demandeurs d’emploi en France (moyenne nationale), ou l’ensemble des demandeurs d’emploi d’une région (moyenne régionale). L’indice permet de mettre rapidement en évidence les écarts dans l’appétence de recherche d’emploi dans le numérique.
  • 2. Exemple : Sur l’ensemble de la France, 2,6% des demandeurs d’emploi cherchent un emploi dans le numérique, mais seulement 1,1% chez les femmes. L’indice pour les femmes est donc de 40 (= 1,1%/2,6%). A l’inverse, il est de 164 pour les hommes. Les hommes sont donc 4 fois plus enclins que les femmes à rechercher un emploi dans le numérique.

Related Posts

Leave a Reply