Kayoum Fane

Avec Whire, Kayoum révèle le marché caché des compétences et présente la diversité comme une opportunité d’ouverture, en mettant en relation chercheurs d’emplois et entreprises.

Bio

Kayoum a grandi dans une cité du 19ème arrondissement de Paris, auprès de parents qui l’ont ouvert au monde et lui ont permis de se projeter dans l’avenir. Arrivé en dernière année d’études, il s’aperçoit que de nombreux jeunes diplômés sont victimes d’un déterminisme social dont il n’a jamais souffert. Il est également frappé par le syndrome d’autocensure dont sont atteints les jeunes issus des quartiers populaires.

Une longue réflexion naît de ce constat, et Kayoum décide de combler le fossé entre les entreprises et les talents en provoquant la rencontre. C’est la naissance de Whire, qu’il conçoit, au début, pour faire correspondre des profils avec des entreprises en quête d’un talent. Il rencontre ensuite Hugo Villain, développeur, avec qui il mutualise ses compétences pour développer le site Internet de Whire. Ensemble, ils remportent le Challenge des innovations de Pôle Emploi.

La principale leçon qu’ils retiennent de leur aventure entrepreneuriale, c’est l’échec du premier lancement de Whire, en mars 2016 : ils se rendent compte que la solution ne répond pas encore correctement à l’attente de leurs bénéficiaires. Forts de cet enseignement, ils repartent en croisade, armés d’espoir et d’humilité, et teste cette fois leur solution auprès des missions locales. C’est ici que la véritable problématique leur apparaît : comment donner une dimension quantitative au travail qualitatif des missions locales ? La réponse est évidente pour les deux entrepreneurs : mettre l’innovation technologique au service de l’innovation sociale.

Objectif :

Whire revêt alors pleinement sa portée inclusive, et obtient le soutien d’Orange, qui héberge l’initiative dans ses bureaux pendant une année. Jean-Philippe Courtois, dirigeant de Microsoft, parraine la jeune pousse. Christophe Blanchard, sociologue, devient la caution éthique du projet. 

« Whire s’inspire du processus d’extraction des pierres précieuses », précise Kayoum. « Nous proposons aux candidats une phase de « forage », pendant laquelle ils identifient leurs compétences, leurs intérêts, leur véritable potentiel, puis de faire le tri entre les informations. Ensuite, nous les aidons à trouver leur projet professionnel et à le mettre en lumière auprès des entreprises, par une présentation enrichie de vidéos et d’images », ajoute-t-il.

Avec humour et bienveillance, Kayoum nous rappelle que nous n’avons pas tous les mêmes références, et nous éclaire sur notre tendance à biaiser notre réflexion en conséquence, au risque de passer, parfois, à côté de véritables pépites. Ces rencontres ratées sont également la résultante de trois facteurs : une définition peu précise des postes, la ressemblance presqu’imposée entre les CVs, et la difficulté pour les chercheurs d’emploi à définir correctement leur projet professionnel. Avec Whire, Kayoum et Hugo révèlent ainsi le marché caché des compétences, et invitent à voir la diversité sous un autre angle : non comme un prétexte à l’exclusion, mais comme une opportunité d’ouverture et de partage.

« La diversité, c’est d’abord une pluralité des histoires »

Kayoum Said Abdallah FaneCEO, The Whire