Virginie Ehonian

Suivant sa passion pour l’art afro-caribéen, Virgine a utilisé le numérique pour promouvoir les cultures noires à travers son blog, puis des box culturelles.

Bio

« A l’école de la vie, assise au dernier rang, je vois mon rêve écrit au tableau. L’éponge trempée dans le seau d’eau vient tout mouiller et effacer mon rêve, et je crie et injurie l’imposteur qui a effacé mon souhait, mon voeu. Mais mon espoir ne faiblit ni ne s’éteint. »

Les mots accompagnent Virginie Ehonian depuis son âge le plus tendre, et l’ont accompagnée tout au long d’un parcours semé de découvertes et de rêves.

A vingt ans, Virginie est passionnée par l’art sous toutes ses formes. Lors d’un stage chez André Magnin, ponte de l’art contemporain africain, elle découvre ce que les artistes africains ont à offrir au monde, et décide d’y consacrer sa plume. Elle crée d’abord un blog pour promouvoir la richesse artistique des cultures afro-caribéennes, qui donne lieu à des demandes de collaboration dans des magazines.

Mais c’est en 2014 qu’a lieu le grand déclic. Alors que le business des « box » fait fureur dans de nombreux secteurs, Virginie s’aperçoit que les cultures africaines y sont peu représentées. Peu à peu l’idée se met à germer, et en mai 2016, la première box culturelle « afro » voit le jour. Elle contient des pépites soigneusement sélectionnées : un ticket de concert pour découvrir le chanteur Faada Freedy, une entrée pour l’exposition photographique de Malick Sidibé, un ouvrage regroupant les proverbes wolof, et un numéro spécial de Beaux-arts sur l’art contemporain africain.

Objectif :

Alors qu’elle se demande comment atteindre sa cible, le numérique lui apporte la réponse.  Tout part du tweet d’une amie, qui déclenche un effet boule de neige et lui apporte ses premières ventes. Aujourd’hui, Virginie a plusieurs évènements à son actif dans des galeries d’art, et prépare sa septième box culturelle. Au commissaire d’exposition qui lui lance qu’elle n’est rien d’autre qu’un blog, elle rétorque avec dignité qu’à son échelle, elle promeut la culture. En présentant son projet au Diversidays, Virginie Ehonian prouve que la diversité est justement une richesse culturelle inépuisable.

« A mon échelle, je promeus les cultures noires. »

Virginie EhonianFondatrice de la Noorubox